L’histoire du Café : de son origine à aujourd’hui en France

L’histoire du Café

Il est toujours difficile de situer dans le temps la première apparition ou utilisation d’un produit.

En ce qui concerne le café, et même si génétiquement l’origine de l’arbre « COFFEA ARABICA » se situe très probablement en ETHIOPIE, il est mentionné pour la première fois dans des écrits « Perses » au 9ème siècle.

Au 11ème siècle le célèbre médecin et philosophe AVICENNE*, évoque les bienfaits du café lors de la digestion.

Philosophe, écrivain, médecin et scientifique médiéval persan de religion musulmane, AVICENE*, est né en 980 dans l’actuel Ouzbékistan et est décédé en 1037 en Iran.

Ses effets médicaux, bien que surestimés, étant reconnus, le café en tant que boisson bon marché se répand rapidement dans tout le monde arabo musulman, et la technique de la torréfaction se modernise.

La demande augmentant, et grâce aux pèlerins des lieux saints, les échanges commerciaux se développent à tel point qu’au 12ème siècle, le port de Moka situé au Yémen devient le principal centre d’exportation vers l’Egypte, l’Arabie Saoudite, la Syrie.

En 1475, en Turquie, à Istanbul s’ouvre la première « Maison du Café », progressivement suivie par d’autres ouvertures à La Mecque et au Caire.

Lieux de divertissements, de débats d’idées, notamment pour les opposants au pouvoir, certaines maisons du café sont fermées (La Mecque) pour cause d’effet diabolique du café et les buveurs de café subissent ici et là des persécutions.

Ce n’est qu’au 16ème siècle que le café s’établit en Europe, introduit par des marchands vénitiens. Initialement réservé à la noblesse et à la classe aisée, le café est administré à la classe ouvrière principalement pour ses vertus stimulantes.

De port en port, de ville en ville le café fait son chemin et traverse les pays d’Europe, malgré quelques oppositions d’ordre théologique vite réprimées.

De Venise en 1615 ou il est régulièrement consommé, il aboutit à Marseille en 1644 ou il est tellement consommé que des importations régulières d’Egypte se mettent en place et s’ouvre en 1670 le premier café Marseillais qui connaît d’emblée un vif succès.

Après 2 à 3 années de consommation régulière Paris ouvre son premier café en 1672, la Maison CAOVA, près du Pont Neuf, qui sera fortement concurrencé en 1682 après l’ouverture en face de la comédie Française, par un sicilien nommé Francesco PROCOPIO*, d’un café proposant, avec les nouvelles du jour, Sorbets, Gâteaux et d’autres boissons en plus du café. Extrêmement prisé des écrivains ce café, qui a fait évoluer la préparation de la boisson chaude stimulante est aujourd’hui connu sous le nom de PROCOPE et reste le rendez-vous des amis des arts et des lettres.

Francesco Procopio dei Coltelli*, ou Procopio Cutò, est né le 9 février 1651, à Aci Trezza ou Palerme, et mort le 10 février 1727, à Paris, est un cuisinier italien, considéré comme le père de la crème glacée. Il est le fondateur du Café Procope, de Paris.

En 1717, grâce à la compagnie des Indes, les Français font pousser du café provenant de MOKA à l’ile de la réunion. Appelé BOURBON POINTU, ce café reste aujourd’hui un des cafés les plus chers du monde.

Louis XV fait cultiver des caféiers au château de Versailles et torréfie lui-même son café. A cette époque, le café est filtré par une vraie chaussette, ce qui donnera plus tard l’expression « jus de chaussette » pour les cafés très légers.

Marché en expansion, la France souhaite faire pousser des caféiers dans ses colonies, principalement en Guadeloupe et en Guyane et en 1789, 50 % de la production mondiale de café provient des colonies Françaises.

Quelques années plus tard, la révolte des esclaves entraîne l’effondrement de cette provenance, et c’est vers le TONKIN, aujourd’hui le VIETNAM qu’au début du XIXème siècle les colons Français s’orientent pour implanter des caféiers, puis un peu plus tard vers l’Algérie.

C’est d’ailleurs du mot arabe « cahouah » que nous vient le mot argotique CAOUA voulant signifier familièrement café.

Histoire (s) du café

Le café