L’économie du café

économie du café

Continuons notre étude sur le café et penchons-nous sur les principales régions qui produisent dans le monde du café.

D’où vient le café ?

Il s’avère que les régions se situent sur plusieurs continents (Amérique, Afrique, Asie) de part et d’autre de l’équateur.

Pour l’Amérique il s’agit essentiellement de l’Amérique du Sud et plus précisément le Brésil, la Colombie, le Honduras, le Pérou, le Guatemala, le Mexique, le Nicaragua, le Venezuela et le Costa Rica

Pour l’Afrique, il s’agit de l’Ethiopie, de l’Ouganda, de la Côte d’Ivoire, de la Tanzanie et de Madagascar

Enfin pour l’Asie, les principaux Pays sont le Viet Nam, l’Indonésie, l’Inde, la Chine, le Laos, les Philippines

https://www.starbucks.fr/caf%C3%A9/en-savoir-plus/r%C3%A9gions-productrices

Tout savoir sur le café :

La production annuelle est en croissance mais reste inférieure à 10 millions de tonnes pour un chiffre d’affaires important qui oscille entre 10 et 15 milliards de USD.

L’unité de mesure est le sac de 60 Kg.

Le pays qui est de loin le plus gros producteur est le Brésil.

Le café est une culture commerciale par excellence, puisque les producteurs sont au centre et sud de la planète et que les consommateurs sont principalement au Nord.

La production de café fait vivre 25 millions de personnes

Ce sont les ETATS UNIS d’Amérique qui importent le plus de tonnage de café mais la consommation la plus importante par habitant se trouve en Europe.

La distribution de café fait vivre 110 millions de personnes.

Le cours du café :

Ce sont les bourses de matières premières de New York et de Londres qui fixent respectivement les cours de l’Arabica et du Robusta, mais le café n’est pas une marchandise ordinaire et il est très difficile pour les producteurs compte tenu du process de production d’ajuster leurs prix séance tenante.

En 1990, l’arrivée agressive du VIET NAM en tant que producteur a provoqué une crise importante de la production et nombres de producteurs se sont trouvés en état de faillite.

Suite à cette crise s’est mis en place le café équitable, permettant de rémunérer correctement le petit producteur même si ce prix est supérieur au prix du cours.

Plus récemment à ce café équitable, s’est ajouté le café « BIO » garanti sans pesticides.