Fermer
Formulaire de contact

Merci de remplir le formulaire,

nous garantissons une réponse sous 24h.

Formulaire de demande d'essai gratuit

Merci de remplir le formulaire,

nous garantissons une réponse sous 24h.

L’eau potable de l’antiquité à nos jours …

L’accès à l’eau potable n’a pas toujours été aussi simple que d’ouvrir un robinet. La maitrise de l’eau potable et la mise en place de techniques hydrauliques existent depuis l’antiquité. Pourtant, la conquête de l’eau potable n’a pas toujours été aussi évidente que d’ouvrir un robinet. Remontons le temps et découvrons les différentes étapes de cette conquête de l’eau potable…

L’eau potable de l’antiquité au moyen âge

C’est évidemment aux abords des grands fleuves, que se sont développées les grandes civilisations, l’eau étant en effet une ressources primordiale à la survie de l’homme :

  • Les premiers puits datent de 6000 avant JC.
  • Qui n’a pas entendu parler des jardins suspendus de BABYLONE ?
  • Plus proche, les grecs inventent le siphon
  • Plus proche encore, les aqueducs romains et un des plus célèbres, le PONT du GARD.

Au Moyen-Âge, ce sont les abbayes qui ont enrichi et développé ces savoir-faire autour de la gestion de l’eau potable et de sa qualité.

La problématique de l’eau en ville

C’est avec le développement des villes que les difficultés liées à l’alimentation en eau se sont révélées problématiques. L’augmentation importante de la population n’était pas la seule cause. Fortement demandeuse d’eau, l’activité artisanale a rapidement tari les sources allant même jusqu’à souiller par ses rejets l’eau des rivières ou des fleuves.
L’inexistence de réseaux d’évacuation des eaux dites « usées » a renforcé les carences en hygiène liées à l’absence d’eau.
Un cercle vicieux s’insinue et les épidémies prolifèrent.

Et l’homme inventa la machine à vapeur …

Au milieu du 19ème siècle, la généralisation de la machine à vapeur rend possible la réalisation de réseaux d’adduction sous pression desservant les logements individuels. A l’instar de Paris, les grandes de villes de France et successivement les plus petites se lancent dans des grands travaux de canalisation et/ou distribution de l‘eau mais aussi d’évacuation des eaux usées, ce que l’on appelle les égouts.

Les traitements physiques de l’eau

Petit à petit, des études sur la filtration de l’eau (par le sable), sur sa décantation*, voire sur sa coagulation**, voient le jour et permettent par leurs mises en œuvre une meilleure qualité de l’eau distribuée.

* la décantation est un procédé physique de séparation des matières en suspension dans un liquide (source)

** La coagulation est un procédé utilisé en traitement de l’eau permettant de réduire les charges négatives portées par les particules en suspension dans l’eau.

…  la microbiologie

Sous l’impulsion d’un certain Pasteur, la corrélation entre eau de mauvaise qualité, contaminée par les microbes et épidémies, est démontrée : “Nous buvons 90% de nos maladies“. L’histoire du traitement de l’eau potable va dès lors s’accélérer, sous l’effet conjugué de besoins plus importants et, surtout, des progrès de la chimie.
Au début du 20ème siècle, les traitements chimiques apparaissent. De nombreux produits sont essayés notamment l’ozone et le chlore. L’emploi du chlore*** se généralise après la première guerre mondiale de 1914/1918. En effet, Philippe Bunau-Varilla découvre, lors de la bataille de Verdun (1916), le procédé de verdunisation (désinfection de l’eau) qui consiste à ajouter à l’eau une faible dose de chlore.

***Chlore : le chlore existe dans la nature sous forme de chlorures métalliques (chlorure de sodium ou « sel de table »). Pour la désinfection de l’eau, on utilise l’eau de chlore (gaz jaune verdâtre soluble dans l’eau) dont les propriétés antiseptiques et oxydantes sont remarquables.

La loi de 1902 sur la santé publique instaurera de nombreuses mesures inspirées par les hygiénistes. En 1930, seulement 23 % des communes disposent d’un réseau de distribution d’eau potable à domicile. En 1945, 70% des communes rurales ne sont toujours pas desservies.
Il faudra patienter jusqu’à la fin des années 1980 pour que la quasi-totalié des domiciles français soient raccordés au réseau d’eau courante. Aujourd’hui, c’est pas moins de 26 millions de familles qui consomment de l’eau de ville au quotidien, une eau pure, agréable à boire et surtout extrêmement contrôlée.